De l’Open-Space au bureau individuel porte close

J’ai connu successivement dans ma carrière professionnelle le bureau individuel (pour 2-3 personnes) et l’open-space.

Dans le second cas, 2 variantes s’opposent :

  • Les places sont nominatives;
  • L’espace est anonymisé et le premier arrivé choisit son siège.

Une situation extrême, vécue pendant plusieurs années, fut un open-space d’environ 100m² incluant équipe commerciale, avant-vente et étude. Heureusement, les places étaient nominatives. Car en raison de mon caractère territorial, l’espace anonymisé m’est détestable. En revanche, j’ai appris à apprécier le travail en open-space pour la collaboration qu’il permet.

L’open-space n’est supportable que si les collaborateurs modèrent leur volume sonore (téléphone, discussion, monologue…). Dès lors, l’open-space favorise l’échange et l’appartenance à une communauté.

En conséquence, je ressens un retour en bureau individuel comme un isolement. Le plus désagréable à mes yeux est un couloir aux portes closes, marque d’un refus de communication (temporaire j’ose espérer). Au contraire, la porte ouverte est une invitation à venir échanger.

Voici donc les points qui me paraissent essentiels pour un travail collaboratif :

  • Respecter ses collègues d’open-space en modérant son propre volume sonore (pas de monologue, téléphone sur vibreur…);
  • Disposer de salles de réunion pour les groupes de travail (ne pas mener une réunion au sein de l’open-space parmi les autres collaborateurs);
  • Ne pas réprimander ou polémiquer aux oreilles de tous en open-space;
  • Garder sa porte ouverte pour favoriser l’échange, sauf en cas de réunion privée ou de conversation téléphonique.

L’enjeu de tout cela est la disponibilité de chacun. C’est pouvoir à la fois réaliser son travail avec la concentration requise et échanger avec ses collègues au sein d’une communauté où la mutualisation est essentielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *